Les mécanismes de l’acupuncture ne sont pas encore démystifiés. Voici cependant quelques hypothèses.

Stimulation du système nerveux

L’insertion d’aiguilles de fin calibre au niveau des points d’acupuncture crée une réaction en chaîne. Le patient ressent de légères sensations locales telles que des picotements, de la lourdeur, une chaleur ou des engourdissements. C’est la confirmation que le système nerveux a été stimulé. Le nerf, aiguillonné, envoie alors une information au cerveau. Différents points d’acupuncture stimuleraient différentes zones du cerveau.

Stimulation de la circulation sanguine

Une minime rougeur se manifeste temporairement sur la peau lorsque l’aiguille y est insérée. Cela démontre qu’il y a eu une dilatation du vaisseau sanguin donc, le système circulatoire réagit au traitement.

Stimulation d’endorphines

L’acupuncture a une action analgésique en augmentant le taux d’endorphines, anti-douleur naturel. Il augmente également le cortisol, l’anti-inflammatoire naturel. Le cortisol est l’équivalent du médicament; la cortisone, administré pour traiter arthrite, maladie de Crohn, allergies… Le traitement équilibre d’autant plus le processus immunitaire en stimulant la production d’anticorps.

Le traitement d’acupuncture a aussi un effet relaxant. Il ralentit l’activité du système nerveux sympathique qui s’active en période de stress : augmentation de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle, diminution de l’activité gastro-intestinale (constipation)…

L’acupuncture calme le cerveau émotionnel

 

 

 

 

Dans cette image, tirée d’une étude réalisée à Harvard, la stimulation produite par une aiguille d’acupuncture sur le dos de la main entraîne une désactivation des aires de la douleur dans le cerveau émotionnel. Cet effet est accentué lorsque l’aiguille est manipulée par l’acupuncteur.

Publié le
Catégories: Acupuncture